mercredi 18 octobre 2017

L'hémostase chirurgicale par biopolymères

http://www.biomup.com/fr/equipe.html

Une religion est elle immuable?

Si la religion est figée alors elle ne peut que dicter des règles dépassées
https://fr.aleteia.org/2017/10/17/aujourdhui-le-christianisme-ne-menace-pas-la-femme-eugenie-bastie-repond-a-sophia-aram/

Cain et la fin de la violence dans le monde occidental
http://tenoua.org/cain-la-bete-humaine/

https://www.rts.ch/religion/babel/8385020-et-dieu-crea-la-femme.html

"Ce faisant, la Réforme a renforcé le pouvoir ecclésiastique sur le mariage et également, par extension, celui de l’État. Les protestants ont ainsi insisté sur l’indissolubilité des paroles de futur, c’est-à-dire des promesses d’un prochain mariage. Par ce moyen, ils ont essayé d’éviter des distinctions, qu’ils ont trouvé trop subtiles et parfois peu claires entre les paroles de futur (les fiançailles) et les paroles de présent (la cérémonie nuptiale au temple). Les futurs époux devaient aussi obtenir l’autorisation parentale, jusqu’à vingtcinq ans pour une femme et trente ans pour un homme. Le mariage était en effet d’abord une alliance entre deux familles, et les exigences de celles-ci prenaient le pas sur les vœux des individus. Les bans, publiés du haut de la chaire trois dimanches consécutifs, informaient la communauté. Après la bénédiction publiquement donnée par le pasteur, le mariage était inscrit dans le registre des mariages, pour éviter toute possibilité de contestation. Le divorce était possible, mais restait difficile à obtenir. Les causes en étaient limitées aux motifs les plus graves : l’adultère et l’absence prolongée. En réalité, l’homme apportait au consistoire une sentence judiciaire condamnant sa femme pour adultère, plus souvent que la femme ne s’y plaignait d’une longue absence de son mari9 ."

https://assr.revues.org/20192

Pourquoi le mariage?

Faut il rappeler que le mariage a été en réalité une innovation du droit de filiation: de qui est il/elle? On a toujours connu la mère mais qui est le père? Avec les conséquences de ce lien de paternité; il est vrai que l'identification des gènes a substitué la réalité biologique à celle du droit établi. Il y a donc des contradictions. Et voilà que certains GPA-istes voudraient qu'on efface le lien biologique. C'est transitoire car très vite on pourra retrouver le père même si le don de sperme reste anonyme et que les bastards ont effacé les disques durs. Nous avons en tant qu'humain une filiation génétique et nous sommes en tant qu'individu notre cerveau.






https://assr.revues.org/20192

mardi 17 octobre 2017

Some useful parameters and functions

WelfareState = a(PS)
PS = b(StatePS) + c(Local & regional PS) + d(SocialPS)
SocialPS = eR + d(Goods & Services for illness) + e(Goods & Services for aging) + f(Goods & Services for handicap)
PS = g(Taxes) + h(Debt(IOY))

PS Public spending

In France PS fills also the public deficits of "assurance chômage", "sécurité sociale", "hôpitaux", olympic games, etc...

lundi 16 octobre 2017

The great leftist hypocrisy: Harvey Weinstein


Le délire est total.
Le cinéma parce qu'il a capturé, multiplié et diffusé dans le monde et à l'infini l'image fugace de l'acteur est un outil de démiurge. Derrière cette puissance la production est devenue un immense lupanar à drogues, à sexe et à fric. 
Et pourtant de fantastiques films voient le jour.
HW c'est le déchet productiviste nécessaire au grand spectacle, au vrai.







"Même quand elles visent une grosse merde comme Wenstein, les curées ont toujours un arrière-goût vomitif… Tous ces gens qui savaient et qui se sont tus; qui, par leur silence, sont en fait partiellement complices des agissements du gros porc et qui aujourd’hui se posent en procureurs et en accusateurs publics… Toutes ces actrices qui, pour des rôles, pour de l’argent, pour de la gloire, ont participé, toléré et cautionné ce système de corruption perverse, et qui jouent aujourd’hui les pauvres victimes traumatisées, les oies blanches souillées par le super vilain de l’histoire, un peu comme des tapins du bois de Boulogne qui se retourneraient contre leur proxo parce que celui-ci a cessé de leur reverser leur part des bénéfices… A gerber.
C’est tout le monde du cinéma qu’il faut passer au napalm.
Une actrice, c'est un fille qui suce et se fait tamponner par un producteur pour avoir un rôle. Une victime de harcèlement et d'agression sexuelle, c'est une fille qui suce et se fait tamponner par un producteur mais n'a pas le rôle.
En matière de "harcèlement", la présomption d'innocence est donc objectivement supprimée.
Au-delà des cas sans doute avérés et bien sûr odieux liés à un milieu totalement pourri, désormais n'importe quelle frustrée, hystéro, amoureuse transie, maîtresse répudiée, mythomane, ambitieuse perverse peut librement dégueuler, accuser, salir n'importe qui, sans preuve autre que sa parole sacrée, et être applaudie pour cela.
Amusante (façon de parler...) cette société qui n'a de cesse, d'un côté, de dénoncer les "heures les plus sombres de notre histoire" tout en entretenant avec assiduité et même frénésie, d'un autre côté, la vieille tradition de la délation française ("dénonce les racistes", "dénonce les "porcs"", "dénonce les méchants"...)."
Xavier Eman, A Moy que chault

A major issue in health: prevention

https://www.cato.org/blog/does-preventive-care-reduce-health-costs?mc_cid=5b45d773fe&mc_eid=5486403ef0

French "libéraux" are indeed true liberals

https://hanshoppe.wordpress.com/2016/09/20/le-populisme-de-droite-m-rothbard/

https://www.youtube.com/watch?v=Uf6uwpV-cOQ

"Bref, c’est une moderne alliance du Trône et de l’Autel qui nous dirige, sauf que le Trône s’incarne dans divers groupes de la grande industrie et que l’Autel est fait d’intellectuels étatistes laïcs, même si, au milieu de tout ce laïcisme, on peut encore trouver une dose appropriée de chrétiens partisans de l' "Évangile" Social. La classe dominante des hommes de l’État a toujours eu besoin d’intellectuels pour justifier ce principe de gouvernement et pour tromper les masses afin qu’elles se complaisent dans leur asservissement, c’est-à-dire continuent à payer les impôts et à accepter la férule étatique. Dans les temps anciens, dans la plupart des sociétés, c’était une forme de clergé ou d’Église d’État qui tenait ce rôle. Aujourd’hui, en des temps moins religieux, nous avons les technocrates, les experts en « sciences sociales » et les intellectuels médiatiques, qui fournissent sa justification au système étatique et peuplent les rangs de sa bureaucratie."


dimanche 15 octobre 2017

17 octobre 1961: le "massacre" a t il eu lieu et y a t il des historiens dans ce pays?

Comme chaque année à la date anniversaire de la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris, communistes et socialistes, amis du FLN et militants « anticolonialistes » (sic), vont commémorer un « massacre » qui aurait été perpétré par la police française. Ils se réuniront ensuite sur le Pont Saint-Michel d’où, toujours selon eux, des dizaines, voire des centaines d’Algériens auraient été précipités dans la Seine.
Le seul problème, mais il est de taille, est que ce « massacre » n’a pas eu lieu… Quant aux noyades, à l’exception de celles pratiquées par le FLN sur les membres du MNA ou sur les Harkis, elles n’ont pas davantage existé…car nous sommes en réalité en présence d’un montage.
Démonstration [1] :
1) Le 18 octobre 1961 au matin, le bilan de la manifestation de la veille parvient à Maurice Legay, directeur général de la police parisienne. Il est de 3 morts. Nous voilà donc loin des dizaines, voire des centaines de morts et de noyés avancés par certains.
2) Or, deux de ces trois morts, à savoir Abdelkader Déroués et Lamara Achenoune n’ont aucun lien avec la « répression » du 17 octobre puisqu’ils ont été tués, non pas à coups de matraque, mais par balle, non pas dans le centre de Paris, mais à Puteaux, donc loin de la manifestation. De plus, le second a été préalablement étranglé…
3) Un mort, un seul, a tout de même été relevé dans le périmètre de la manifestation et il ne s’agit pas d’un Algérien, mais d’un Français « de souche » nommé Guy Chevallier, décédé vers 21h devant le cinéma REX de fractures du crâne. Etait-il un simple passant ou bien un porteur de valises manifestant avec le FLN ? Nous l’ignorons. Fut-il tué lors d’une charge de la police ou bien par les manifestants ou bien par une toute autre cause ? Nous ne le savons pas davantage.
La conclusion qui s’impose à tout esprit doté d’un minimum de réflexion est que la « répression » de la manifestation algérienne du 17 octobre semble n’avoir paradoxalement provoqué aucun mort algérien…
A ces faits, les tenants de la thèse du « massacre » répondent que le vrai bilan de la « répression » policière n’a pu être établi que plusieurs jours plus tard, une fois pris en compte les blessés qui décédèrent ultérieurement, et une fois les cadavres retirés de la Seine. Mais aussi, parce que, terrorisés, les manifestants cachèrent d’abord les corps de leurs camarades.
Trois grandes raisons font que cette argumentation n’est pas recevable :
- Les archives des hôpitaux parisiens ne mentionnent pas une surmortalité particulière de « Nord-Africains » (selon la terminologie de l’époque), durant la période concernée. Même si de nombreux manifestants blessés à coups de matraques y furent pris en charge.
- La police ayant totalement et hermétiquement bouclé le périmètre de la manifestation, l’on voit mal comment des porteurs de cadavres auraient pu passer à travers les barrages.
- Et, in fine, que seraient devenus les cadavres en question ? Ils n’apparaissent en effet pas dans les archives de l’IML, l’Institut médico-légal (la Morgue), où sont transportés les morts relevés sur la voie publique ou repêchés dans la Seine et dans la Marne.
Le « Graphique des entrées de corps « N.A » (Nord-africains) par jour. Octobre 1961 », à l’Institut médico-légal de Paris, pour la période allant du 17 octobre au 21 octobre, nous apprend ainsi que:
- Le 17 octobre, alors que se déroulait dans Paris un prétendu « massacre », l’Institut Médico-Légaln’a enregistré aucune entrée de corps de « NA ».
- Le 18 octobre, deux corps de « NA » furent admis à l’IML. Il s’agissait d’Achour Belkacem, qui avait été tué ce 18 octobre à Colombes, donc le lendemain de la manifestation, par un policier invoquant la légitime défense. Le second était Abdelkader Bennahar relevé lui aussi à Colombes et portant des blessures à la tête avec possibilité, dixit le rapport de police, d’écrasement par un véhicule.
- Les 19 et 20 octobre, l’IML n’a comptabilisé aucune entrée de corps de « NA ».
- Le 21 octobre, soit 5 jours après la manifestation, 1 corps fut déposé à l’IML, celui de Ramdane Mehani décédé vers 22h 30 durant son transfert du commissariat du 13° arrondissement au palais des Sports de la Porte de Versailles. Le registre de l’IML parle de mort naturelle, donc, là encore, sans aucun lien avec la manifestation du 17 octobre.
Conclusion : nous sommes donc en présence d’un « massacre » sans cadavres, ce qui s’explique parce qu’il n’y eut pas de « massacre » !!!
C’est donc un « massacre » imaginaire qui va être commémoré le 17 octobre prochain à l’occasion d’une grande cérémonie culpabilisatrice à laquelle des médias incultes ou partisans vont une fois de plus donner une grande publicité.
Un « massacre » imaginaire fruit d’un montage politique fait à l’époque par le FLN voulant peser psychologiquement sur les négociations en cours avec le gouvernement français. Montage qui fut ensuite orchestré par le parti communiste et plus que complaisamment relayé par les médias… hier comme aujourd’hui.
Pour les historiens du futur ce prétendu « massacre » restera donc comme la fabrication d’un des grands mythes du XXe siècle. A l’image de Katyn, des cadavres de Timisoara en Roumanie, des « couveuses » du Koweit et des « armes de destruction massive » en Irak. Leur principal sujet d’étonnement sera cependant l’insolite caution donnée à un tel mensonge par les plus hautes autorités de l’Etat français sous la présidence de François Hollande…
Bernard Lugan
13/10/2017
[1] La brièveté synthétique de cette mise au point interdisant de développer un argumentaire détaillé, la bibliographie et l’historiographie de ce « massacre » seront faits dans le numéro de novembre 2017 de l’Afrique Réelle que les abonnés recevront le 1er novembre. On pourra également voir à ce sujet le chapitre IX de mon livre : Algérie, l’histoire à l’endroit.

Anthropogenic CO2

« Ce que les historiens se demanderont définitivement dans les siècles à venir est comment une logique profondément entachée par une propagande perspicace a permis à une coalition d'intérêts particuliers puissants de convaincre presque tout le monde que le CO2 de l'industrie humaine était une toxine destructrice de la planète. On se souviendra de cela comme de la plus grande illusion de masse dans l'histoire du monde - que le CO2, la vie des plantes, a été considéré pendant un certain temps comme un poison mortel. »
Richard Siegmund Lindzen

Marriage, fecundity and barreness

http://www.jewishvirtuallibrary.org/barrenness-and-fertility

https://www.catholicculture.org/culture/library/catechism/index.cfm?recnum=6193

And a wider perspective on human offspring
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK97292/


A propos de Nudge (Richard H. Thaler NP et Cass Sussman, les libertariens paternalistes) 
J'ai particulièrement aimé leur solution à la question du «mariage gay». Leur réponse est que le gouvernement se retire entièrement du mariage. Que le gouvernement reconnaisse aux gens leurs relations en tant qu' «union civile» ouverte à tous les couples, quel que soit leur sexe ou le sexe de leur partenaire; une reconnaissance du contrat en quelque sorte car l'état a par ailleurs établi des règles fiscales et de propriété qui ne peuvent pas se passer en l'état de cette reconnaissance de contrat. Cette union civile serait la reconnaissance juridique et sociale du partenariat d'un couple. La cérémonie du mariage serait alors laissée aux organismes religieux ou autres de nature privée. Si une église particulière refuse de vous marier parce que vous voulez épouser quelqu'un qui ne convient pas à son dogme - eh bien, trouvez-vous une autre église, fondez en une, attachez vous à une organisation privée qui vous ressemble ou bien restez unis par le contrat d'union civile. 
So simple.


"L'état a intérêt à privilégier des comportements qui favorisent l'émergence de nouveaux citoyens, des gens qui apporteront quelque chose à la société et partageront sous forme de taxes et impôts les coûts des services qu'elle offre. Le mariage entre personnes de même sexe ne veut pas dire grand chose. Pourquoi diable est-ce que je voudrais marier mon copain? Qu'est ce que le mariage va m'apporter dans ce cas? Pour ma part, si je laisse les gens libres de faire ce qu'ils veulent. j'ai peu de sympathie pour l'improbable quête de ces groupes à vouloir imiter les couples hétéro et qui contribuent ainsi à amoindrir une institution qui aurait bien besoin d'être renforcée en ce siècle ou l'on fait de moins en moins d'enfants et quand ceux qu'on fait ont de moins de moins de chances d'atteindre leur majorité sous le même toit que leurs deux géniteurs."

"En France l'état avec sa loi sur le mariage pour tous a déconstruit le mariage puisque il a intitulé mariage une union non féconde alors que c'était le fondement du mariage. J'appelle cela une déconstruction."

"Oui mais avec la PMA et la GPA (séquences suivantes) on reconstruit "la famille" 
"Pas vraiment on fait du constructivisme sociétal avec au départ la dissimulation et ou le vol de l'identité biologique. Il y a donc une personne faible qui est lésée. Elle reviendra demander réparation."
"Les conséquences sont simples dès lors que l'état n'autorise pas avec sa violence légitime l'anonymat des gamètes et le vol de l'identité biologique d'un être humain avant et après sa naissance, la situation s'éclaircie"






 
Paperblog